M
 

Macho :


Maestro :

Mano a mano :


Manso :






Marear :

Matador :


Matar :




Mayoral :



Medias :

Medios :




Mixte :


Mona :


Montera :










Mouchoirs :


















Muleta :




Mulillas :

Mulilleros :


Multa :






Sorte de glands qui servent à serrer sous les genoux la culotte de soie du torero. Quatre autres machos sont fixés au bas des épaulettes, sur le devant et sur l'arrière de la chaquetilla.

Appellation attribuée au matador, car il est celui qui connaît le mieux les toros et leur lidia.

Course, corrida ou novillada auxquelles participent deux maestros qui doivent avoir des styles différents.

Animal à qui font défaut les qualités pour être un véritable toro de combat: caste, bravoure, etc. L'animal ne fait alors que se défendre alors que le toro de combat attaque.
Il existe différents types de "Manso" :
-> Manso con casta : animal peureux et craintif mais avec des excès d'esprit offensif.
-> Manso perdido : animal dépourvu de toute bravoure véritablement paniqué en piste et dont l'objectif permanent est la fuite.

Étoudir le toro par des capotazos donnés san répit de part et d'autre de sa tête.

Professionnel de la tauromachie, ayant sous ses ordres une cuadrilla chargée de l'assister au cours de la lidia. Autrement appelé Maestro.

Séquence terminale de la lidia du toro. Après la faena de muleta, le matador s'engageavec l'épée. Si celle ci est insuffisante, il utilisera le verdugo pour porter le descabello, qui consiste à sectionner le bulbe rachidien. Lorsque le toro est au sol, le puntillero donnera le coup de grâce définitif avec la puntilla.

Avec le propriétaire, le mayoral est l'homme clé de l'élevage. Connaissant tout ce qui concerne les toros, c'est le véritable conducteur de travaux sur l'élevage, celui qui surveille les naissances, décide de l'alimentation, etc.

Bas de couleur rose portés par les toreros.

La piste se partage en trois parties circulaires concentriques, des barrières au centre : les tablas, les tercios et les medios.
Le toro se place naturellement dans les medios, centre de la piste, lieu stratégique d'observation d'où il pourra affronter les attaques du torero.

On appelle "corrida mixte" une course dans laquelle se succèdent des matadors ayant reçu l'alternative et un novilleros ou un rejoneador.

Protection métallique articulée qui recouvre la jambe droite du picador, exposée aux cornes du toro.

Chapeau très particulier que porte les toreros à pied.
La montera reste le couvre-chef symbolique du torero et joue un rôle au cours de la lidia :
- elle souligne les gestes de courtoisie lors du paseo et lors du salut au président. Le torer s'incline en portant sa main droite sur sa montera.
- elle sert à demander le changement du tercio de piques ou de banderilles etl'autorisation de débuter la faena. Le torero lève alors sa montera en direction de la présidence.
- elle permet au torero de brinde son toro : soit au public soit à une personne de l'assistance. Il jettera ensuite sa montera par dessus son épaule. Si elle tombe du bon côté, c'est à dire ouverture vers le bas, c'est signe positif. Dans le cas contraire, de nombreux toreros y voient un signe de malchance et préférent retourner la montera de la pointe de leur épée.

Utilisés par le président de la course, ils servent, selon un code très précis, à rythmer le déroulement de la corrida. Ils sont aussi le moyen par lequel la présidence accorde les trophés au matador.
Le mouchoir blanc entre très vite en jeu : tout d'abord, le président l'utilise pour annoncer le début de la course et de ce fait le paseo. Puis, il va ensuite servir à annoncer le changement entre les tercios, accompagné des clarines.
À la fin de la faena, le mouchoir blanc va permettre de récompenser le torero pour sa prestation : le public peut demander l'attribution de l'oreille et pour cela agite des mouchoirs blanc. Si la demande est majoritaire, le président sortira son premier mouchoir blanc et accordera l'oreille au maestro. Suite à cela, un deuxième mouchoir blanc peut être sorti par le président puis un troisième. Ils représentent succéssivement une deuxième oreille puis la queue.
D'autres mouchoirs peuvent être sortis au cours d'une corrida :
- le mouchoir vert est utilisé dans le cas d'une demande de changement de toro
- le mouchoir orange est utilisé lorsque le président accepte l'indulto demandé
- le mouchoir bleu sert à marquer l'honneur du toro et le président lui accorde un tour de piste à l'arrastre
- le mouchoir rouge est utilisé lorsque le président juge nécessaire d'utiliser les banderilles noires, c'est à dire lorsqu'un toro s'est montré fuyant et a refusé les piques.

Leurre utilisé par le torero dans le troisième tercio de la lidia.
Elle se compose d'un bâton d'une cinquantaine de centimètre cranté sur une partie supérieure, muni d'une pointe à l'une de ses extrémités et d'un piston à vis de l'autre. Le bâton est recouvers d'un drap de serge de couleur rouge vif.

Équipage de mules que l'on utilise pour tirer l'arrastre qui sort le toro estoqué de la piste.

Hommes chargés de conduire le train d'arrastre, d'attacher le toro par les cornes à la barre de traction et de le tirer hors de la piste.

Amende infligée aux toreros qui ne respectent pas les directives du réglement taurins.