www.marc-serrano.com/accueil.html
www.marc-serrano.com/maestro.html
www.marc-serrano.com/biographiedebuts.html
www.marc-serrano.com/temporada.html
www.marc-serrano.com/lacorrida.html
www.marc-serrano.com/comprendrelacorrida.html
www.marc-serrano.com/leshabitsdelumieres.html
www.marc-serrano.com/lexique.html
www.marc-serrano.com/galerie.html
www.marc-serrano.com/galeriephotos.html
www.marc-serrano.com/galerievideos.html
www.marc-serrano.com/presse.html
www.marc-serrano.com/clubtaurin.html
www.marc-serrano.com/contact.html
www.marc-serrano.com/liens.html
 
 

Le sixième toro...

Qui n'a jamais entendu parler du 6ème toro ? C'est grâce à cette ancienne tradition que Marc Serrano, il y a une vingtaine d'années, a trouvé sa voie.

Marc Serrano est né à Nîmes le 26 avril 1978. Dès son plus jeune âge, il est amené à côtoyer les bêtes. Son grand-père, ancien raseteur, l'initie au monde de la tauromachie en l'emmenant voir des courses camarguaises. Déjà fasciné par l'animal et tout ce qu'il représentait, Marc attendra l'âge de ses 5 ans avant d'assister à sa première corrida.

Quelques années plus tard, en se promenant autour des arènes, Marc fut attiré par les bruits qui venaient de l'intérieur. Une corrida s'y déroulait. Le mélange de sentiments qui naissaient dans le public : des cris de joie, de colère, des sifflets, etc. intrigua ce jeune Nîmois. À cette époque là, les portes des arènes s'ouvraient au public pour le 6ème toro. Alors que le dernier torero prenait sa muleta et entamait le dernier combat, Marc entraina sa mère à travers les corridors des arènes pour assister à la dernière estocade. Le toro résistait et tardait à se coucher. C'est ce qui fascina le futur torero. Dès lors, Marc idôlatra ces maestros qui risquant leur vie, brilllaient de mille feux en sortant des arènes. Il attendait, à chaque corrida, leur sortie et partait à la chasse aux autographes de Paco Ojeda, Rincón...

Au fil du temps, Marc va jouer les apprentis torero. D'abord dans le garage d'un ami, avec des vieux torchons, puis ensuite à l'école, il ne cessait de montrer sa passion pour la tauromachie...

À 12 ans, il entre enfin au Centre Français de Tauromachie (CFT) tout en continuant ses études au Lycée Philippe-Lamour.
Le CFT lui apprendra les bases et lui offrira les opportunités qui lanceront sa carrière.

Les années de novillero...

Entré au Centre Français de Tauromachie en 1990, Marc revêtira pour la première fois l'habit de lumière trois ans plus tard.

Sa mère avait retardé son entrée, espèrant que la folie de devenir Torero lui passerait. Mais c'était sans savoir ce que Marc avait déjà en tête : devenir Matador de Toro.
En 1990, comprenant que les rêves de son fils sont devenus une véritable passion, sa mère se résigne et l'inscrit au Centre Français de Tauromachie. Marc a alors 12 ans.

De son entrée au CFT jusqu'à l'année 1993, notre apprenti matador torera essentiellement en Capea, le lot de tout débutant... Le 19 août 1993, il débutera Sin Caballos aux Saintes Maries de la Mer devant un becerro du Laget.

Au cours de ses trois années d'apprentissage, Marc va toreer une soixantaine de novilladas sans picador durant lesquelles il va s'aguerrir et progresser en arpentant l'Espagne et la France. Les succès s'amoncellent et font de Marc le plus grand espoir de l'école Taurine.

Les trophées sont nombreux mais certains restent pourtant marqués dans les esprits :
- Février 1995 à Nîmes. Marc coupe 3 oreilles aux Guardiola et a droit à une vuelta mythique en compagnie du Mayoral Luis Saavedra.
- 1995 : Marc reçoit le Trophée Nimeño II et le Trophée Chaquetilla. Deux parmi tant d'autres : Trophée du meilleur becerriste à la Féria de Béziers, Trophée Esparrago de Oro à San Adrian, etc.
- à Torrelaguana, il coupera les 2 oreilles et la queue.